Meilleurs posteurs
Halim (1123)
1123 Messages - 31%
Hanna (483)
483 Messages - 13%
Citizenkan (451)
451 Messages - 12%
Admin (339)
339 Messages - 9%
Abou Bilal (286)
286 Messages - 8%
233 Messages - 6%
Petero (221)
221 Messages - 6%
Stitten32 (190)
190 Messages - 5%
Oumzeineb (183)
183 Messages - 5%
Safwan (168)
168 Messages - 5%
Sondage
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.


    Partagez
    Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
    avatar
    Citizenkan
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 2673
    Merci : 11
    Masculin

    default La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Ven 26 Fév - 13:59
    Réputation du message : 100% (3 votes)





    La débauche tue le corps, et dégrade l'âme


    Que les Prières et le Salut d’Allah soient sur notre Prophète Mohammed ainsi que sur sa famille et tous ses Compagnons !


    Bible : « Quant un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ce qu’ils ont fait tous les deux est une abomination ; ils seront mis à mort, leur sang retombe sur eux. » [1]

    Bible : « Quand un homme a des relations avec une bête, il sera mis à mort, et vous tuerez la bête. » [2]

    Bible : « Quand une femme s’approche de quelque bête pour s’y accoupler, tu devras tuer la femme et la bête ; elles seront mises à mort, leur sang retombe sur elles. » [3]

    Hadîth : « Si vous voyez quelqu’un faire comme le peuple de Loth, tuez indépendamment celui qui fait l’acte et celui qui le subit. Si vous voyez quelqu’un s’accoupler avec une bête, tuez-les lui et la bête. »[4]


    D’après des paroles de Sheïkh el Islam ibn Taïmiya (traduction libre).


    Nul doute que l’attirance pour la débauche trahit une affection du cœur, car les plaisirs conduisent à l’ivresse, nous dit en substance le Verset qui pourfend le peuple de Lût : (Ils se complaisent dans leur d’ivresse).[5]


    D’après el Bukhârî et Muslim, selon Abû Huraïra, le Prophète (r) nous enseigne : « Les yeux font l’adultère à travers le regard, etc. » Bon nombre de gens se contentent des prémices – dont ce hadith fait mention – telles que le regard, les joies d’une rencontre et d’une discussion, mais les exigences de certains vont plus loin, et réclament le toucher et le contact physique. Certains trouvent simplement leur jouissance dans les baisés et les regards. Or, ces aventures galantes sont interdites et font l’objet d’une punition sévère. On ne lutte pas contre un mauvais penchant qui domine l’âme en le rassasiant, car le malade est sans cesse attiré par le poison. Si, dans un élan de compassion, nous ne lui donnons pas le remède adéquat sous prétexte qu’il répugne à le prendre, nous contribuons ainsi à aggraver son syndrome, qui risque, à terme, de le conduire à sa perte.


    Au nom de quelle compassion devrions-nous laisser un homme face à ses péchés et à ses négligences envers ses devoirs qui renferment tous les ingrédients pour lui rendre la santé ? Allah (I) révèle : (La prière préserve de la débauche et du péché).[6] Celle-ci procure le remède en plus de bien d’autres avantages. Une compassion véritable veut que nous lui administrions contre son gré, les médicaments spirituels en le sommant d’observer l’office rituel qui regorge de formules d’invocation apaisant la poitrine. Il s’agit de calmer ses symptômes et de mettre un terme à leur évolution. Plus tôt il sera sevré de ce poison putride qui le gangrène, plus tôt il guérira. Nous ne lui rendons pas service en lui ouvrant l’accès à sa drogue qui, certes, peut relativement soulager, dans un premier temps, son état d’effervescence. Néanmoins, à plus long terme, la maladie va prendre de l’ampleur, et arriver, incurable, à un point de non-retour. Donc, il vaut mieux supporter un mal moindre pour éviter un mal plus grand. Il est plus facile d’endurer les inconvénients du remède que ceux d’une maladie durable.


    Il est clair que les peines corporelles prévues par la législation divine sont des médicaments efficaces par lesquels le Tout-Puissant guérit les maux que renferme la poitrine, par un effet de Sa Miséricorde infinie envers Ses créatures.[7] L’homme, cet être faible, et à l’esprit étroit, est loin d’être plus clément envers ses pairs. Bien au contraire, son laxisme qu’il maquille sous une compassion mal placée ne fait qu’empirer l’état déjà peu enviable d’un contaminé en détresse.[8] Il est à la fois puéril et naïf de croire qu’il agit pour son bien. Certains ignares, hommes ou femmes, n’osent pas corriger leurs enfants qui font des bêtises, ou qui manquent à leurs obligations religieuses. Sans le vouloir, ils leur ouvrent une très mauvaise porte.


    Si l’adultère compte parmi les péchés majeurs, les prémices – qui sont pardonnables à condition d’éviter les grands péchés – sont beaucoup moins graves. Cela ne veut pas dire qu’il faille s’y adonner, car un péché véniel pris à la légère prend une plus grande proportion. À force de récidive, il devient plus condamnable qu’un grand péché dans lequel on a sombré qu’une seule fois. Par exemple, un simple regard peut conduire de fil en aiguille à l’association : [Certains gens prennent en dehors d’Allah des égaux qu’ils aiment à l’égal d’Allah, mais les croyants aiment Allah davantage].[9] C’est pourquoi de s’attacher éperdument à l’image de son bien-aimé est le signe révélateur d’une foi défaillante qui va se répercuter sur la relation qu’on entretient avec Son Seigneur et sur le sentiment d’amour qu’on lui doit. L’amour-passion rend esclave et génère de lourdes chaines qui pendent au cou de sa victime ainsi prisonnière. Les péchés capitaux s’avèrent des branches de la mécréance bien qu’ils ne rendent pas, pour autant, mécréant. Toutefois, un fautif ne peut prendre le nom de croyant véritable (mot-à-mot : il perd le degré de la « foi obligatoire » ndt.). Le Prophète (r) déclare à ce sujet : « L’individu adultère n’est pas digne, en plein acte, d’être un croyant. »


    La poésie galante exerce sur les âmes faibles une emprise maléfique qui se révèle l’un des plus grands stimulants à l’origine de la débauche. Les voix mélodieuses et les chants excitent les esprits malades qui s’engouffrent plus loin dans les méandres d’une douleur éprouvante. Même les cœurs sains ne sont pas à l’abri de succomber à la tentation, car comme le disent les anciens, les chants réveillent l’instinct sexuel comme un charmeur de serpent, de la même manière que l’alcool est la mère de tous les vices. « Les chants cultivent l’hypocrisie dans le cœur comme l’eau cultive les plantes, nous dit ibn Mas’ûd. »

    Le Seigneur (I) s’adresse également à Iblis en ces termes : [Envoûte de ta voix ceux que tu pourras parmi eux, lance contre eux tes cavaliers et tes fantassins, et associe-toi à eux dans les enfants et les biens, et fais-leur miroiter tes promesses qui ne sont, en réalité, que chimères].[10]


    Il arrive à les hypnotiser à travers les chants, la musique – selon l’exégèse de plusieurs anciens –, les cris, etc. Les sons qu’il émet réveillent les mauvaises pulsions, et perturbent le cœur qui se met à battre à un rythme frénétique. Satan subjugue son ouaille pour le livrer à son emprise, et le rendre plus malléable qu’une balle entre les mains d’un enfant. L’âme peut très bien s’apaiser par la Volonté d’Allah, mais elle peut rester en ébullition à la façon d’une balle sans cesse en mouvement sur une surface plate – comme certains érudits le font remarquer.


    Un propos qui remonte à l’Ami d’Allah (r) nous dévoile : « Le cœur est plus instable qu’une marmite en ébullition. » Un autre texte prophétique va dans ce sens : « Le cœur est comme une feuille qui s’envole dans une grande étendue au gré du vent. »


    D’après Muslim, selon ‘Abd Allah ibn ‘Amr, j’ai entendu dire le Prophète (r) : « Ô Allah, Toi qui changes les cœurs à Ta guise, maintiens nos cœurs sur Ta voie ! » Dans la version que rapporte e-Tirmidhî selon Abû Sufiân, il est précisé entre autres : « Les cœurs qu’Allah change à Son gré, tiennent entre Ses Deux doigts. »


    La sourate La lumière nous apprend qu’Allah a prévu la lapidation en punition à l’homme ou la femme adultère. Lui-même s’est chargé de lapider Sodome qui fut le premier peuple dans l’histoire de l’Humanité à pratiquer l’homosexualité.[11] Or, nombre d’individus jubilent à l’écoute de certains passages de la sourate Yûsaf ayant éventuellement des connotations amoureuses. Ces pervers aiment la réciter aux femmes.

    Ceux-là même qui ne sont pas aussi prompts à écouter le chapitre La lumière qui prescrit la lapidation pour les cas d’adultère. Le Très-Haut nous peint leur profil : [Le Coran que Nous révélons apporte aux croyants remède et miséricorde] ; mais Il ajoute tout de suite après : [mais il ne fait qu’enfoncer les injustes dans leur perdition).[12] Plus d’un Verset va dans ce sens : [Quand une sourate est révélée, il s’en trouve pour demander : lequel d’entre vous a-t-il senti sa foi monter ? Pour ce qui est des croyants, celle-ci leur fait effectivement monter la foi, et ils s’en réjouissent • Quand à ceux qui décèlent un cœur malade, elle ne fait qu’ajouter à leur souillure si bien qu’ils mourront mécréants][13] ; [[Par de telles paraboles, Allah égare un grand nombre de mortels, comme Il en dirige un grand nombre vers le salut éternel][14] ndt.][15]


    L’adultère est un acte pervers sur lequel s’entendent toutes les civilisations à condamner. Même les animaux (hormis le porc[16] ndt.) ne le tolèrent pas au milieu des leurs. D’après el Bukhârî dans son recueil e-sahîh, Abû Rajâ el ‘Atâridî raconte qu’il a vu à l’époque païenne une femelle singe avoir visiblement des rapports sexuels avec un autre mâle que le sien. Dès lors, le reste du clan les a lapidés tous les deux jusqu’à la mort. Un Sheïkh dont je ne doute pas des paroles m’a raconté qu’il a vu un oiseau pondre dans les murs d’une grande mosquée. Quelqu’un a enlevé l’œuf du nid pour faire une expérience, et y a déposé un œuf d’une autre variété à la place. Quand l’oisillon échangé sortit de sa coquille, le mâle dans son grand désarroi se mit à chercher son petit. Dès lors, tout le groupe s’est réuni autour de la femelle pour la tuer à coup de becque…[17]


    Que les Prières et le Salut d’Allah soient sur notre Prophète Mohammed ainsi que sur sa famille et tous ses Compagnons !


    Traduit par : Karim Zentici

    http://mizab.over-blog.com/

    http://www.mizab.org/









    [1] Le Lévitique ; 20.13

    [2] Le Lévitique ; 20.15

    [3] Le Lévitique ; 20.16

    [4] Rapporté par Ahmed (1/300), Abû Dâwûd (n° 3462), ibn Mâja (n° 2561), e-Tirmidhî (n° 1456) ; Sheïkh el Albânî l’a authentifié dans Irwâ el ghalîl (n° 2350).

    [5] El Hijr ; 72

    [6] L’araignée ; 45

    [7] Voir : http://www.mizab.org/#!la-lapidation-dans-lislam/c1t2c

    [8] Dans majmû’ el fatâwâ (15/287-292), ibn Taïmiya fait savoir que l’adultère est le reflet des maladies du cœur. Selon lui, ce n’est pas rendre service à la société et aux personnes atteintes de cette affection, que de faire preuve de clémence envers elles, au risque que la maladie se contamine pour corrompre la société dans son ensemble.

    [9] La vache ; 165

    [10] Le voyage nocturne ; 64

    [11] La loi ne prévoit pas un mode d’exécution particulière pour les cas d’homosexualité et de zoophilie. Ceux-ci sont laissés à l’initiative du juge ou du chef de l’autorité. Néanmoins, de nombreux savants les rattachent à l’adultère. Voir : subûl e-salâm de San’ânî (7/121-122).

    [12] Le voyage nocturne ; 82

    [13] Le repentir ; 124

    [14] La vache ; 26

    [15] Voir pour ce premier passage Majmû’ el fatâwâ (15/280-335).

    [16] Ibn el Qaïyim souligne que la nourriture de l’homme influence son comportement ; il s’imprègne du caractère de l’animal dont il a l’habitude de consommer la viande. Voir : madârij e-salikîn (1/403). Ibn Taïmiya souligne pour sa part que la viande de porc imprègne la plupart des vices sur l’individu. C’est notamment pourquoi le porc, qui ne rechigne pas à manger tout ce qui passe sous son mufle, est une viande impure. Voir : Majmû’ el fatâwâ (19/25).

    [17] Idem. (15/136-137).
    avatar
    Abou Bilal
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 1599
    Merci : 22
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Ven 26 Fév - 17:38
    Réputation du message : 100% (1 vote)
    Assalam laykoum
    Baraka Allah fik

    j'ai 2 remarques et une question
    1- je connaissais pas les textes bibilique concernant l'homosexualité , et dire que certain pretres benissent les couples homo
    2-la lapidation en islam en fait est une une sanction theorique au vu de ses conditions . hormis le fait que l'interessé(e) lui meme vient l'avouer je ne vois pas comment prouver adultère en pratique

    3- pourquoi la lapidation n'est pas mentionnée dans le coran malgré qu'elle soit une had .
    avatar
    Citizenkan
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 2673
    Merci : 11
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Ven 26 Fév - 18:57
    Réputation du message : 100% (1 vote)
    Abou Bilal a écrit:Assalam laykoum
    Baraka Allah fik

    j'ai 2 remarques et une question
    1- je connaissais pas les textes bibilique concernant l'homosexualité , et dire que certain pretres benissent les couples homo
    2-la lapidation en islam en fait est une une sanction theorique au vu de ses conditions . hormis le fait que l'interessé(e) lui meme vient l'avouer je ne vois pas comment prouver adultère en pratique  

    3- pourquoi la lapidation n'est pas mentionnée dans le coran malgré qu'elle soit une had .


    Wa 'aleikom salem wa rahmat Allah !

    Wa fik baraka Allah !

    Pour les deux questions, cet article en parle en détail :

    http://www.mizab.org/#!la-lapidation-dans-lislam/c1t2c
    avatar
    Abou Bilal
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 1599
    Merci : 22
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Ven 26 Fév - 22:39
    Réputation du message : 100% (1 vote)
    citizenkan a écrit:


    Wa 'aleikom salem wa rahmat Allah !

    Wa fik baraka Allah !

    Pour les deux questions, cet article en parle en détail :

    http://www.mizab.org/#!la-lapidation-dans-lislam/c1t2c




    Mais l'article  ne répond pas àla question : 3- pourquoi la lapidation n'est pas mentionnée dans le coran malgré qu'elle soit une had .
    avatar
    Citizenkan
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 2673
    Merci : 11
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Sam 27 Fév - 4:32
    Réputation du message : 100% (1 vote)
    Abou Bilal a écrit:

    :GGGGG:


    Mais l'article  ne répond pas àla question : 3- pourquoi la lapidation n'est pas mentionnée dans le coran malgré qu'elle soit une had .


    Il est répond indirectement, déjà il dit qu'il existe un Verset dont les termes sont abrogés, mais dont le statut est toujours en vigueur, ensuite, il démontre avec des paroles de 'Omar notamment que la sunna suffit pour fixer les hadd, enfin si c'est une règle, alors soit il y a exception à la règle, comme souvent, soit il faut la revoir, en sachant qu'il n'est pas entièrement faux de dire que le hadd du zina est fixé par un verset abrogé, wa Allah a'lam !

    Je remets la parole de 'Omar :


    Le Khalife ‘Omar était un inspiré. Il donne l’impression de s’adresser à vous lorsqu’il dit du haut de son minbar : « Allah envoya Mohammed en toute vérité. Il lui a révélé notamment le Verset de la lapidation. Nous l’avons lu et bien assimilé. Nous avons également appliqué la lapidation après sa mort. J’ai bien peur qu’avec le temps quelqu’un dise : « Nous ne trouvons pas la lapidation dans le Livre d’Allah », et qu’il s’égare ainsi pour avoir délaissé un commandement révélé par Allah. La lapidation est une vérité dans le Livre d’Allah le Très-Haut contre l’homme ou la femme marié qui a commis l’adultère ; à condition d’en apporter la preuve ou qu’il y ait eu une grossesse ou un aveu. » 1 Voici le Verset dont l’énoncé fut abrogé et que rapportent certaines annales suspectes 2 : (L’homme âgé ou la femme âgée lapidez-les jusqu’à ce que mort s’ensuive). 3 Selon une autre hypothèse, qui ne va pas vraiment dans le sens de votre thèse, la sentence n’est pas explicitement évoquée dans le Coran, qui nous commande toutefois d’obéir à celui sur lequel il fut révélé.4 Le quatrième khalife, pour sa part, avait bien compris la chose. C'est pourquoi il fit fouetter une femme adultère un jeudi, et lapider un vendredi. Lorsqu’il dut s’expliquer sur la chose, il confia qu’elle fut fouettée selon le Livre d’Allah et lapidée selon la Sunna du Messager d’Allah. 5


    1 Rapporté par el Bukhârî (6830) et Muslim (4394).
    2 Voir e-sunan el kubra de Nasâî (4/7156).
    3 Ce Verset aurait été intégré au départ dans la sourate les coalisés ; voir : sharh sahîh Muslim (11/192), Fath el Bârî (15/635) et subûl e-salâm de San’ânî (7/108).
    4 Voir : Fath el Bârî (15/635).
     Voir : Fath el Bârî (15/605-606) ; cette annale est en partie rapportée par el Bukhârî (6812) ; elle est également rapportée par e-Daraqutnî (3/123-124) et e-Nasâî dans e-sunan el kubra (4/269-270).


    le Message d’Allah déclara : « L’un d’entre vous me démentira bientôt, accoudé sur un coussin ; lorsqu’il entendra l’une de mes paroles, il répondra : « Entre vous et moi, il y a le Livre d’Allah : les choses licites que nous y trouvons, nous les rendons licites, et les choses illicites que nous y trouvons, nous les rendons illicites. » Pourtant, les interdictions du Messager d’Allah (r) sont comme les interdictions d’Allah. »1



    1 Rapporté par Ahmed dans son Musnad (4/132), l’énoncé lui revenant, e-Tirmidhî (2664), e-Dârimî (586), el Hâkim dans el mustadrak (1/109) ; Sheïkh el Albânî considère que sa chaîne narrative est authentique.
    avatar
    Abou Bilal
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 1599
    Merci : 22
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Sam 27 Fév - 22:03
    citizenkan a écrit:


    Il est répond indirectement, déjà il dit qu'il existe un Verset dont les termes sont abrogés, mais dont le statut est toujours en vigueur, ensuite, il démontre avec des paroles de 'Omar notamment que la sunna suffit pour fixer les hadd, enfin si c'est une règle, alors soit il y a exception à la règle, comme souvent, soit il faut la revoir, en sachant qu'il n'est pas entièrement faux de dire que le hadd du zina est fixé par un verset abrogé, wa Allah a'lam !

    Je remets la parole de 'Omar :


    Le Khalife ‘Omar était un inspiré. Il donne l’impression de s’adresser à vous lorsqu’il dit du haut de son minbar : « Allah envoya Mohammed en toute vérité. Il lui a révélé notamment le Verset de la lapidation. Nous l’avons lu et bien assimilé. Nous avons également appliqué la lapidation après sa mort. J’ai bien peur qu’avec le temps quelqu’un dise : « Nous ne trouvons pas la lapidation dans le Livre d’Allah », et qu’il s’égare ainsi pour avoir délaissé un commandement révélé par Allah. La lapidation est une vérité dans le Livre d’Allah le Très-Haut contre l’homme ou la femme marié qui a commis l’adultère ; à condition d’en apporter la preuve ou qu’il y ait eu une grossesse ou un aveu. » 1 Voici le Verset dont l’énoncé fut abrogé et que rapportent certaines annales suspectes 2 : (L’homme âgé ou la femme âgée lapidez-les jusqu’à ce que mort s’ensuive). 3 Selon une autre hypothèse, qui ne va pas vraiment dans le sens de votre thèse, la sentence n’est pas explicitement évoquée dans le Coran, qui nous commande toutefois d’obéir à celui sur lequel il fut révélé.4 Le quatrième khalife, pour sa part, avait bien compris la chose. C'est pourquoi il fit fouetter une femme adultère un jeudi, et lapider un vendredi. Lorsqu’il dut s’expliquer sur la chose, il confia qu’elle fut fouettée selon le Livre d’Allah et lapidée selon la Sunna du Messager d’Allah. 5


    1 Rapporté par el Bukhârî (6830) et Muslim (4394).
    2 Voir e-sunan el kubra de Nasâî (4/7156).
    3 Ce Verset aurait été intégré au départ dans la sourate les coalisés ; voir : sharh sahîh Muslim (11/192), Fath el Bârî (15/635) et subûl e-salâm de San’ânî (7/108).
    4 Voir : Fath el Bârî (15/635).
     Voir : Fath el Bârî (15/605-606) ; cette annale est en partie rapportée par el Bukhârî (6812) ; elle est également rapportée par e-Daraqutnî (3/123-124) et e-Nasâî dans e-sunan el kubra (4/269-270).


    le Message d’Allah déclara : « L’un d’entre vous me démentira bientôt, accoudé sur un coussin ; lorsqu’il entendra l’une de mes paroles, il répondra : « Entre vous et moi, il y a le Livre d’Allah : les choses licites que nous y trouvons, nous les rendons licites, et les choses illicites que nous y trouvons, nous les rendons illicites. » Pourtant, les interdictions du Messager d’Allah (r) sont comme les interdictions d’Allah. »1



    1 Rapporté par Ahmed dans son Musnad (4/132), l’énoncé lui revenant, e-Tirmidhî (2664), e-Dârimî (586), el Hâkim dans el mustadrak (1/109) ; Sheïkh el Albânî considère que sa chaîne narrative est authentique.


    Si Allah azza wa jalla voulait que la lapidation restait jusqu'à la fin des temps , quelle est la sagesse d'Allah azza wa jalla derrerre l'abrogation du verset et garder hokm
    avatar
    Citizenkan
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 2673
    Merci : 11
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Dim 28 Fév - 4:29
    Réputation du message : 100% (2 votes)
    Abou Bilal a écrit:
    :GGGGG:

    Si Allah azza wa jalla voulait que la lapidation restait jusqu'à la fin des temps , quelle est la sagesse d'Allah azza wa jalla derrerre l'abrogation du verset et garder hokm

    Déjà, nous ne sommes pas obligés de connaitre toutes les sagesses qui se cachent derrière les mystères divins ; on n'établit pas une loi à condition d'en connaitre la sagesse, comme on ne refuse pas une loi parce qu'on n'en connait pas la sagesse, Allah fait ce qu'Il veut et ne doit de compte à personne, c'est plutôt nous qui Lui devons des comptes, en sachant que souvent l'esprit humain est trop étroit pour éluder les mystères de l'inconnu...

    Si cela est clair, la sagesse qui se cache derrière cette abrogation est claire et double : 1- Démontrer que Mohammed est un législateur et que sa parole ou ses faits et gestes ont valeur scriptutaire !
    2- Réfuter les juifs qui reniaient l'abrogation et qui attribuaient à Dieu le fait d'avoir une idée nouvelle, une inspiration soudaine (bada), ce que les shittes reprendront d'ailleurs...

    http://library.islamweb.net/newlibrary/display_book.php?flag=1&bk_no=49&ID=121

    http://fatwa.islamweb.net/fatwa/index.php?page=showfatwa&Option=FatwaId&Id=120871


    Wa Allah a'lam !
    avatar
    Citizenkan
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 2673
    Merci : 11
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Dim 28 Fév - 10:41
    Réputation du message : 100% (1 vote)
    Voici un article qui démontre que la sunna a valeur scripturaire, si tant est qu'il faille le démontrer, et qui s'inspire d'une réfutation de Suyyuti à un shiite :

    https://islamhouse.com/fr/articles/77961/

    Cet autre article fait un parallèle entre la croyance juive et shiite qui cautionnent le badâ :

    http://www.convertistoislam.fr/article-quel-est-le-point-commun-entre-les-shiites-et-les-juifs-54744869.html
    avatar
    Abou Bilal
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 1599
    Merci : 22
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Dim 28 Fév - 13:56
    citizenkan a écrit:

    Déjà, nous ne sommes pas obligés de connaitre toutes les sagesses qui se cachent derrière les mystères divins ; on n'établit pas une loi à condition d'en connaitre la sagesse, comme on ne refuse pas une loi parce qu'on n'en connait pas la sagesse, Allah fait ce qu'Il veut et ne doit de compte à personne, c'est plutôt nous qui Lui devons des comptes, en sachant que souvent l'esprit humain est trop étroit pour éluder les mystères de l'inconnu...

    Si cela est clair, la sagesse qui se cache derrière cette abrogation est claire et double : 1- Démontrer que Mohammed est un législateur et que sa parole ou ses faits et gestes ont valeur scriptutaire !
    2- Réfuter les juifs qui reniaient l'abrogation et qui attribuaient à Dieu le fait d'avoir une idée nouvelle, une inspiration soudaine (bada), ce que les shittes reprendront d'ailleurs...

    http://library.islamweb.net/newlibrary/display_book.php?flag=1&bk_no=49&ID=121

    http://fatwa.islamweb.net/fatwa/index.php?page=showfatwa&Option=FatwaId&Id=120871


    Wa Allah a'lam !
    Baraka Allah fik


    que pense tu des avis des savants 'abou zohra comme exp, c'est je pense c'est l'avis de l'ecole hanafite ou seul de abou hanifa ra , à verifier))) qui disent  la lapidation n'est pas unre had mais plutot taazir , comme exil aussi 
    et se base sur le fait qu'Allah azza wa jalla a parlé de 100 coup  fouet pour  les celibat et le prophete a rajouté l'exil comme un taazir
    et donc qd le prophete saws à fait lapidation pour l'adultere c'est comme majoré had(100 fouet) vu que le zani est marié .
    avatar
    Citizenkan
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 2673
    Merci : 11
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Dim 28 Fév - 14:43
    Réputation du message : 100% (1 vote)
    (
    Abou Bilal a écrit:
    Baraka Allah fik


    que pense tu des avis des savants 'abou zohra comme exp, c'est je pense c'est l'avis de l'ecole hanafite ou seul de abou hanifa ra , à verifier))) qui disent  la lapidation n'est pas unre had mais plutot taazir , comme exil aussi 
    et se base sur le fait qu'Allah azza wa jalla a parlé de 100 coup  fouet pour  les celibat et le prophete a rajouté l'exil comme un taazir
    et donc qd le prophete saws à fait lapidation pour l'adultere c'est comme majoré had(100 fouet) vu que le zani est marié .


    C'est une opinion respectable du fait qu'elle a été prononcée par des savants de référence, même si elle est réfutable pour les raisons évoquées plus haut (Mohammed est un Législateur, le verset abrogé de la lapidation), surtout si l'on sait que le ta'zir a une portée discrétionnaire, et je vais en donner un exemple :



    La peine prévue pour consommation d’alcool, était, jusqu’aux premières heures du règne du Commandeur des croyants, de quarante coups de fouet, comme nous formulent les textes validés par el Bukhârî (n° 6773), et Muslim (n° 1706). Selon une version chez el Bukhârî (n° 6779), e-Sâib ibn Yazîd nous décrit la situation : « Quand la débauche et le zèle prirent de l’ampleur, il fixa la peine à quatre-vingts coups de fouet. » La sentence prévue fut doublée, après consultation auprès des grands Compagnons, car du point de vue du second Khalife, la peine en question avait une portée discrétionnaire (et donc laissée à l’initiative du chef suprême), non purement textuelle (ce qui la rendrait inflexible, car strictement définie par la Loi).


    En outre, le livre de Suyyuti évoqué plus haut ramène une annale d'Ali que je ne retrouve pas actuellement disant à un zani célibataire (ghaïr muhsan), je t'applique la peine du fouet vendredi selon le Coran, et je t'applique la peine de lapidation (ou taghrib expulsion, je n'ai plus en tête) samedi, selon la sunna.


    Wa Allah a'lam !
    avatar
    Abou Bilal
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 1599
    Merci : 22
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Dim 28 Fév - 21:59
    citizenkan a écrit:(




    Salam alaykoum

    L’application des califes de la lapidations ne veut pas dire que c'est une had , seulement ils appliquent la sentence du prophete saws .

    Peut on savoir si les versets de had de nour  sont avant ou aprés l'application de lapidation par le prophete saws

    avatar
    Abou Bilal
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 1599
    Merci : 22
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Dim 28 Fév - 22:04
    قال يوسف القرضاوي :

    وفي هذه الندوة فجر الشيخ أبو زهرة قنبلة فقهية، هيجت عليه أعضاء المؤتمر، حينما فاجأهم برأيه الجديد.

    وقصة ذلك: أن الشيخ رحمه الله وقف في المؤتمر، وقال: إني كتمت رأيًا فقهيًّا في نفسي من عشرين سنة، وكنت قد بحت به للدكتور عبد العزيز عامر، واستشهد به قائلا: أليس كذلك يا دكتور عبد العزيز؟ قال: بلى. وآن لي أن أبوح بما كتمته، قبل أن ألقى الله تعالى، ويسألني: لماذا كتمت ما لديك من علم، ولم تبينه للناس؟

    هذا الرأي يتعلق بقضية "الرجم" للمحصن في حد الزنى، فرأى أن الرجم كان شريعة يهودية، أقرها الرسول في أول الأمر، ثم نسخت بحد الجلد في سورة النور.

    قال الشيخ: ولي على ذلك أدلة ثلاثة:

    الأول: أن الله تعالى قال: "فإذا أُحصِنَّ فإن أتين بفاحشة فعليهن نصف ما على المحصنات من العذاب" [النساء: 25]، والرجم عقوبة لا تتنصف، فثبت أن العذاب في الآية هو المذكور في سورة النور: "وليشهد عذابهما طائفة من المؤمنين" [النور: 2].

    والثاني: ما رواه البخاري في جامعه الصحيح عن عبد الله بن أوفى أنه سئل عن الرجم.. هل كان بعد سورة النور أم قبلها؟ فقال: لا أدري.

    فمن المحتمل جدًّا أن تكون عقوبة الرجم قبل نزول آية النور التي نسختها.

    الثالث: أن الحديث الذي اعتمدوا عليه، وقالوا: إنه كان قرآنًا ثم نسخت تلاوته وبقي حكمه أمر لا يقره العقل، لماذا تنسخ التلاوة والحكم باق؟ وما قيل: إنه كان في صحيفته فجاءت الداجن وأكلتها لا يقبله منطق.

    وما إن انتهى الشيخ من كلامه حتى ثار عليه أغلب الحضور، وقام من قام منهم، ورد عليه بما هو مذكور في كتب الفقه حول هذه الأدلة. ولكن الشيخ ثبت على رأيه.

    وقد لقيته بعد انفضاض الجلسة، وقلت له: يا مولانا، عندي رأي قريب من رأيك، ولكنه أدنى إلى القبول منه. قال: وما هو؟

    قلت: جاء في الحديث الصحيح: "البكر بالبكر: جلد مائة وتغريب عام، والثيب بالثيب: جلد مائة، ورجم بالحجارة".

    قال: وماذا تأخذ من هذا الحديث؟ قلت: تعلم فضيلتك أن الحنفية قالوا في الشطر الأول من الحديث: الحد هو الجلد، أما التغريب أو النفي، فهو سياسة وتعزير، موكول إلى رأي الإمام، ولكنه ليس لازمًا في كل حال.

    وعلى هذا فثبت ما جاءت به الروايات من الرجم في العهد النبوي، فقد رجم يهوديين، ورجم ماعزا، ورجم الغامدية، وبعث أحد أصحابه في قضية امرأة العسيف، وقال له: اغدُ يا أنيس إلى امرأة هذا، فإن اعترفت فارجمها. وكذلك ما روي أن عمر رجم من بعده، وأن عليا رجم كذلك.

    ولكن الشيخ لم يوافق على رأيي هذا، وقال لي: يا يوسف، هل معقول أن محمد بن عبد الله الرحمة المهداة يرمي الناس بالحجارة حتى الموت؟ هذه شريعة يهودية، وهي أليق بقساوة اليهود.

    وكان رأي الشيخ الزرقا مع الجمهور، ولكنه يخالف الجمهور في تعريف "المحصن" فعندهم: أن المحصن من حصل له الزواج، وإن فارقته زوجه بطلاق أو وفاة، وبات في واقع الحال لا زوجة له، وعند الزرقا: المحصن: من له زوجة بالفعل. وهذا رأي الشيخ رشيد رضا ذكره في تفسير المنار.

    توقفت طويلا عند قول الشيخ أبي زهرة عن رأيه: أنه كتمه في نفسه عشرين عاما، لماذا كتمه، ولم يعلنه في درس أو محاضرة أو كتاب أو مقالة؟ لقد فعل ذلك خشية هياج العامة عليه، وتوجيه سهام التشهير والتجريح إليه، كما حدث له في هذه الندوة.

    وقلت في نفسي: كم من آراء واجتهادات جديدة وجريئة تبقى حبيسة في صدور أصحابها، حتى تموت معهم، ولم يسمع بها أحد، ولم ينقلها أحد عنهم!!

    ولذلك حين تحدثت عن معالم وضوابط الاجتهاد المعاصر، جعلت منها: أن نفسح صدورنا للمخطئ في اجتهاده، فبهذا يحيا الاجتهاد ويزدهر، والمجتهد بشر غير معصوم، فمن حقه -بل الواجب عليه- أن يجتهد ويتحرى ويستفرغ وسعه، ولا يلزمه أن يكون الصواب معه دائمًا، وما دامت صدورنا تضيق بالرأي المخالف للجمهور، فلن ينمو الاجتهاد، ولن يؤتي ثمراته.

    على أن ما يحسبه بعض الناس خطأ قد يكن هو الصواب بعينه، وخصوصًا إذا تغير المكان والزمان.

    ويبدو أن هذه الحملة الهائجة المائجة التي واجهها الشيخ أبو زهرة جعلته يصمت عن إبداء رأيه؛ فلم يسجله مكتوبًا بعد ذلك. وربما لأن الشيخ الكبير لم يعمر بعد ذلك طويلا؛ فقد وافته المنية بعد أشهر، عليه رحمه الله ورضوانه.

    وقد رأيت الشيخ نسب هذا الرأي في كتابه "العقوبة" إلى الخوارج، واستدل لهم بما ذكره في ندوة ليبيا، وأعتقد أن ذلك كان أسبق من الندوة.
    avatar
    Citizenkan
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 2673
    Merci : 11
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Lun 29 Fév - 1:22
    Abou Bilal a écrit:قال يوسف القرضاوي :

    وفي هذه الندوة فجر الشيخ أبو زهرة قنبلة فقهية، هيجت عليه أعضاء المؤتمر، حينما فاجأهم برأيه الجديد.

    وقصة ذلك: أن الشيخ رحمه الله وقف في المؤتمر، وقال: إني كتمت رأيًا فقهيًّا في نفسي من عشرين سنة، وكنت قد بحت به للدكتور عبد العزيز عامر، واستشهد به قائلا: أليس كذلك يا دكتور عبد العزيز؟ قال: بلى. وآن لي أن أبوح بما كتمته، قبل أن ألقى الله تعالى، ويسألني: لماذا كتمت ما لديك من علم، ولم تبينه للناس؟

    هذا الرأي يتعلق بقضية "الرجم" للمحصن في حد الزنى، فرأى أن الرجم كان شريعة يهودية، أقرها الرسول في أول الأمر، ثم نسخت بحد الجلد في سورة النور.

    قال الشيخ: ولي على ذلك أدلة ثلاثة:

    الأول: أن الله تعالى قال: "فإذا أُحصِنَّ فإن أتين بفاحشة فعليهن نصف ما على المحصنات من العذاب" [النساء: 25]، والرجم عقوبة لا تتنصف، فثبت أن العذاب في الآية هو المذكور في سورة النور: "وليشهد عذابهما طائفة من المؤمنين" [النور: 2].

    والثاني: ما رواه البخاري في جامعه الصحيح عن عبد الله بن أوفى أنه سئل عن الرجم.. هل كان بعد سورة النور أم قبلها؟ فقال: لا أدري.

    فمن المحتمل جدًّا أن تكون عقوبة الرجم قبل نزول آية النور التي نسختها.

    الثالث: أن الحديث الذي اعتمدوا عليه، وقالوا: إنه كان قرآنًا ثم نسخت تلاوته وبقي حكمه أمر لا يقره العقل، لماذا تنسخ التلاوة والحكم باق؟ وما قيل: إنه كان في صحيفته فجاءت الداجن وأكلتها لا يقبله منطق.

    وما إن انتهى الشيخ من كلامه حتى ثار عليه أغلب الحضور، وقام من قام منهم، ورد عليه بما هو مذكور في كتب الفقه حول هذه الأدلة. ولكن الشيخ ثبت على رأيه.

    وقد لقيته بعد انفضاض الجلسة، وقلت له: يا مولانا، عندي رأي قريب من رأيك، ولكنه أدنى إلى القبول منه. قال: وما هو؟

    قلت: جاء في الحديث الصحيح: "البكر بالبكر: جلد مائة وتغريب عام، والثيب بالثيب: جلد مائة، ورجم بالحجارة".

    قال: وماذا تأخذ من هذا الحديث؟ قلت: تعلم فضيلتك أن الحنفية قالوا في الشطر الأول من الحديث: الحد هو الجلد، أما التغريب أو النفي، فهو سياسة وتعزير، موكول إلى رأي الإمام، ولكنه ليس لازمًا في كل حال.

    وعلى هذا فثبت ما جاءت به الروايات من الرجم في العهد النبوي، فقد رجم يهوديين، ورجم ماعزا، ورجم الغامدية، وبعث أحد أصحابه في قضية امرأة العسيف، وقال له: اغدُ يا أنيس إلى امرأة هذا، فإن اعترفت فارجمها. وكذلك ما روي أن عمر رجم من بعده، وأن عليا رجم كذلك.

    ولكن الشيخ لم يوافق على رأيي هذا، وقال لي: يا يوسف، هل معقول أن محمد بن عبد الله الرحمة المهداة يرمي الناس بالحجارة حتى الموت؟ هذه شريعة يهودية، وهي أليق بقساوة اليهود.

    وكان رأي الشيخ الزرقا مع الجمهور، ولكنه يخالف الجمهور في تعريف "المحصن" فعندهم: أن المحصن من حصل له الزواج، وإن فارقته زوجه بطلاق أو وفاة، وبات في واقع الحال لا زوجة له، وعند الزرقا: المحصن: من له زوجة بالفعل. وهذا رأي الشيخ رشيد رضا ذكره في تفسير المنار.

    توقفت طويلا عند قول الشيخ أبي زهرة عن رأيه: أنه كتمه في نفسه عشرين عاما، لماذا كتمه، ولم يعلنه في درس أو محاضرة أو كتاب أو مقالة؟ لقد فعل ذلك خشية هياج العامة عليه، وتوجيه سهام التشهير والتجريح إليه، كما حدث له في هذه الندوة.

    وقلت في نفسي: كم من آراء واجتهادات جديدة وجريئة تبقى حبيسة في صدور أصحابها، حتى تموت معهم، ولم يسمع بها أحد، ولم ينقلها أحد عنهم!!

    ولذلك حين تحدثت عن معالم وضوابط الاجتهاد المعاصر، جعلت منها: أن نفسح صدورنا للمخطئ في اجتهاده، فبهذا يحيا الاجتهاد ويزدهر، والمجتهد بشر غير معصوم، فمن حقه -بل الواجب عليه- أن يجتهد ويتحرى ويستفرغ وسعه، ولا يلزمه أن يكون الصواب معه دائمًا، وما دامت صدورنا تضيق بالرأي المخالف للجمهور، فلن ينمو الاجتهاد، ولن يؤتي ثمراته.

    على أن ما يحسبه بعض الناس خطأ قد يكن هو الصواب بعينه، وخصوصًا إذا تغير المكان والزمان.

    ويبدو أن هذه الحملة الهائجة المائجة التي واجهها الشيخ أبو زهرة جعلته يصمت عن إبداء رأيه؛ فلم يسجله مكتوبًا بعد ذلك. وربما لأن الشيخ الكبير لم يعمر بعد ذلك طويلا؛ فقد وافته المنية بعد أشهر، عليه رحمه الله ورضوانه.

    وقد رأيت الشيخ نسب هذا الرأي في كتابه "العقوبة" إلى الخوارج، واستدل لهم بما ذكره في ندوة ليبيا، وأعتقد أن ذلك كان أسبق من الندوة.


    Pour ce qui est de l'intervention précédente, je ne lis pas les audios, ensuite, ici, c'est un peu maigre comme argument, je résume :

     لا يقره العقل


    لا يقبله منطق


    ، هل معقول أن محمد بن عبد الله الرحمة المهداة يرمي الناس بالحجارة حتى الموت؟

    Concernant le dernier argument, l'article cité plus haut y répond :




    Une dernière hypothèse consiste à dire, comme le souligne ibn Taïmiya,1 qu’il existe trois sortes de Loi céleste : une loi basée sur l’excellence, une loi basée sur la justice, et une loi qui réunit à la fois l’excellence et la justice dans le sens où elle ordonne la justice et recommande l’excellence (à un niveau moindre). En ce sens, le Coran offre la Loi la plus complète possible, car il réunit entre la justice et l’excellence.
    Nous ne contestons pas que Moïse (u) ait pu ordonner la justice et recommander l’excellence comme le Messie également ait pu le faire. Quant à prétendre que Jésus ordonnait l’excellence et qu’il interdisait à l’opprimé de se faire justice ou que Mûsâ ne prônait pas la charité, c’est se méprendre au sujet des différentes missions prophétiques. Nous pouvons avancer par contre que la Thora est essentiellement basée sur la justice à l’inverse de l’Évangile qui axe son message sur l’excellence.
     

    Le Coran pour sa part a la particularité de proposer une harmonie parfaite entre ces deux notions (ou encore de les utiliser à leur paroxysme ndt.). Quant à l’Injîl, il ne détient pas une Législation autonome, il n’y est pas question des notions de l’Unicité, de la création du monde, ou encore des aventures des prophètes avec leurs différents peuples. Il se contente pour ces notions-là de renvoyer la plupart du temps à la Thora. Néanmoins, le Messie a proscrit certaines interdictions de l’Ancien Testament et prône notamment la vertu, la clémence vis-à-vis de l’injuste, d’endurer le mal des autres, l’abstinence dans ce bas monde ; il a ramené certaines paraboles pour expliquer ces notions. Le Nouveau Testament se distingue en gros de la Thora à travers les vertus qu’il encourage, l’ascétisme qu’il recommande, et certaines proscriptions des interdictions dont étaient frappés les adeptes du Livre avant lui.
     

    Cependant, le Coran n’a rien à lui envier de ce côté-là ; il est même plus enrichissant. Il n’y a pas un savoir utile ni une œuvre pieuse que la Thora, l’Évangile ou la prophétie en général propose sans qu’il n’en fasse autant, voire mieux. Celui-ci se distingue toutefois par des enseignements qui sont inexistants dans les livres anciens. La Thora penche plus vers la rigueur et la dureté tandis que l’évangile penche plutôt vers la douceur et la tolérance. Le Coran pour sa part se trouve au juste milieu en réunissant ces deux qualités à la fois comme le formule le Verset : (Ainsi, Nous avons fait de vous une communauté médiane afin que vous soyez des témoins à l’encontre les hommes).Le Seigneur décrit la communauté du Prophète (r) de la façon suivante : (Mohammed le Messager d’Allah et ceux qui le suivent sont durs envers les mécréants et charitables entre eux).3 Il a dit également : (Allah viendra alors avec un peuple qu’Il aime et qui L’aiment ; humbles envers les croyants et fiers envers les infidèles).4
     

    Ainsi, le Prophète de l’Islam (r) qui est le meilleur et le plus parfait d’entre tous était à la fois le Prophète de la Miséricorde et le Prophète de la guerre.5 En cela, il est plus parfait que celui qui inclinerait plus soit vers la dureté soit vers la douceur. Pour expliquer cette prépondérance et cette répartition des sentiments dont se distingue chaque communauté, une certaine hypothèse assume que les juifs vivaient sous la domination et la persécution de Pharaon. Face à cet état d’esclavage et d’humiliation, il leur fut légiféré la colère afin de se défendre et pour les rendre plus courageux, mais ces derniers n’ont pas répondu à l’ordre de Moïse lorsqu’il leur ordonna d’entrer en terre de Canaan 6 sous prétexte qu’elle était habitée par des géants.7 (…)
    Cependant, après qu’Allah leur ai offert le triomphe, le pouvoir fut emparé par des jeunes qui firent régner la tyrannie à la manière de Pharaon. La mission de ‘Îsâ offrait de nouvelles dispositions ; celle-ci fut basée essentiellement sur l’indulgence, la vertu, et la douceur pour remédier à l’esprit dur et tyrannique dont les juifs s’étaient investis. Dès lors, les adeptes de la nouvelle religion étaient tellement doux qu’ils sombrèrent dans le laxisme ; ils ont ainsi renoncé à répandre la morale (ordonner le bien et interdire le mal) et à la « Guerre Sainte » ; ils ne voulaient même plus appliquer la justice entre eux et les peines corporelles. Les plus pieux d’entre eux se retiraient dans des monastères. Or, si les chrétiens sont laxistes quant il s’agit d’appliquer les lois de Dieu, ils sont obscurantistes quant il s’agit de suivre leurs autorités religieuses, de dominer, et de s’accaparer les richesses des hommes comme en témoignent les épisodes noirs qui traversent leur histoire…
     

    Bref, en admettant que Jésus soulageât les juifs contemporains à sa mission de la peine de lapidation, il n’en demeure pas moins que Mohammed entérina par son consentement, et pas uniquement par son consentement d’ailleurs, la Loi de Moïse sur le sujet wa Allah a’lam !
     




    El Jawâb e-Sahîh li man baddala dîn el Masîh d’ibn Taïmiya (5/résumé des pages 58 à 113 avec certaines modifications.
    La vache ; 143
    La grande conquête ; 29
    Le Repas Céleste ; 54
    5 Victor Hugo disait au sujet de Mohammed (r) :        
    J’ai complété d’Issa la lumière imparfaite.
    Je suis la force, enfants ; Jésus fut la douceur.
    Le soleil a toujours l’aube pour précurseur.
    6 Dieu s’adresse dans la Bible à Israël en ces termes : « … Ne faites pas ce qui se fait au pays d’Égypte où vous avez habité ; ne faites pas ce qui se fait au pays de Canaan, où je vais vous faire entrer ; ne suivez pas leurs lois ; mettez en pratique mes coutumes et veillez à suivre mes lois. C’est moi, le SEIGNEUR votre dieu. Gardez mes lois et mes coutumes : c’est en les mettant en pratique que l’homme à la vie. C’est moi, le SEIGNEUR. » (Le Lévitique 18.3-5). Ainsi la condition pour aspirer à rester le « peuple élu » et pour vivre sur la terre des Philistins, c’est de suivre scrupuleusement les lois de Dieu wa Allah a’lam !
    7 Voir : Le Repas Céleste ; 21-24 Dans Majmû’ el Fatâwa (v. 27), Sheïkh el Islam ibn Taïmiya nous rapporte qu’on retrouva à son époque des ossements géants de squelettes humains. La découverte récente en Arabie Saoudite et en Iraq de squelettes géants lèvera certainement à l’avenir le voile sur ce « mystère ».  Les Amorites (‘Amâlîq) descendants de ‘Âd, mais aussi les Emites et les Anaqites avant eux, étaient des peuples Philistins de géants vivant sur les terres de Canaan qui longeaient le littoral méditerranéen entre l’Égypte et la Palestine (voir : les nombres ; 13.31-33 et  Deutéronome ; 1.28, 2.11).
    avatar
    Citizenkan
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 2673
    Merci : 11
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Lun 29 Fév - 1:25
    De nombreux hadîth (qui correspondent aux paroles, aux actes, au consentement implicite, et au portrait moral et physique du Prophète) parlent de la lapidation. Bon nombre d’entre eux sont « muttafaq ‘alaïhi » (que s’accordent à authentifier el Bukhârî et Muslim). Je ne sais pas ce que cela signifie à vos yeux, mais pour la majorité des adeptes de « l’islam sunnite », cela représente le plus haut degré d’authentification qui soi après le Livre d’Allah.1
     
    Il y a notamment la fameuse histoire de Mâ’iz ibn Mâlik el Aslamî qui implora à quatre reprises au Prophète (r) d’appliquer sur lui la loi d’Allah. À chaque fois, le plus clément des hommes (r) se détournait de lui, et se demanda même s’il était sain d’esprit. Mais, la foi et le repentir de Mâ’iz étaient tellement grands qu’il insista sans relâche jusqu’à ce que le Prophète se plie à sa volonté. Le Prophète (r) reprocha même aux Compagnons de l’avoir suivi pour en finir avec lui, alors qu’il cherchait à s’enfuir au cours de l’exécution.2 Une version chez Muslim précise que son repentir fut tellement sincère qu’il aurait suffi à une communauté entière.3
     
    Il y a également l’histoire émouvante de la femme de la tribu de juhaïna, connue sous le nom de la ghâmidiya. Celle-ci vint voir le Prophète (r) alors qu’elle était enceinte et lui demanda de la purifier. Ce dernier la renvoya et lui suggéra de revenir après l’accouchement, ce qu’elle fit. Cependant, il la renvoya à nouveau et lui suggéra de revenir après le sevrage du nouveau-né, ce qu’elle fit. Il voulut la renvoyer encore, mais elle revint avec son enfant qui tenait un morceau de pain dans la main pour lui faire comprendre qu’il n’avait plus besoin du sein maternel. C’est alors que la sentence lui fut appliquée. Après l’événement, le Prophète jura que si son repentir avait été distribué sur soixante-dix habitants de Médine, il leur aurait suffi.4 En cela, l’évènement n’est pas tragique. Il est, tout au plus, dramatique. En regard de sa finalité, c’est un évènement heureux, et c’est d’ailleurs l’essentiel. Cette femme, dont le courage n’a rien à envier à beaucoup d’hommes, fut promise au Paradis.
     
    En outre, rien n’indique dans ces deux histoires que le Prophète (r) était en désaccord avec ce châtiment ou qu’il s’opposait à ce châtiment. Je ne sais pas si vous pesez bien vos paroles, mais pour votre défense, il me semble que vous confondez entre deux choses : entre les lois universelles (el Irâda el kawniya) et les lois textuelles d’Allah (el Irâda e-shar’iya). Qu’un homme puisse avoir de la compassion envers celui ou celle qui subit une peine, ou même éprouver une certaine répulsion envers celle-ci est tout à fait naturel. Cependant, cela ne doit pas empêcher d’appliquer la loi avec rigueur. Lorsque le v. 2 de la s. la lumière, condamne tout sentiment de compassion qui pourrait faire obstacle à la sentence, cela ne signifie pas qu’il veut faire de nous des brutes. Concevez la nuance. Il est certain que le Prophète est le plus sensible des hommes, mais au même moment il est le plus prompt à se soumettre au Décret divin qui décèle des sagesses innombrables. Les apparences sont souvent trompeuses, sans compter que le Très-Haut éprouve la fidélité des hommes en leur imposant des peines difficiles à appliquer… wa Allah a’lam !     
     
    L’anecdote la plus éloquente sur le sujet est celle des deux bédouins qui se présentèrent au Prophète (r) afin qu’il tranche entre eux sur une affaire d’adultère dans laquelle étaient impliqués le fils de l’un et la femme de l’autre. L’un d’eux, qui semblait plus cultivé, pria au prophète (r) de juger entre eux par le Livre d’Allah. « Je vais juger entre vous par le Livre d’Allah, répondit-il » Il ordonna ensuite de fouetter le coupable qui n’était pas marié et de l’expulser un an, en sachant qu’il n’est pas fait mention de la sanction d’expulsion dans le Coran. Quant à la femme, elle avoua son crime et fut lapidée.5
     
    Ibn Hajar el ‘Asqalânî et e-Nawawî avant lui, pour ne citer qu’eux, relèvent que la lapidation est légitimée à l’unanimité des savants musulmans. Ainsi, votre position rejoint celle de certains kharijites et mu’tazilites (qui retrouvent à notre époque leurs heures de gloire par le biais des néo-rationalistes, à la grande joie des orientalistes !) qui ne reconnaissent pas son statut sous prétexte que le Coran n’en fait pas mention.6 Tiens, comme les jours se ressemblent ! Est-ce un hasard… Ainsi, la loi prévoit la lapidation pour l’homme ou la femme marié et la peine du fouet pour l’homme ou la femme célibataire.7 Je ne veux pas ici nourrir les débats entre les savants sur certains détails, mais il faut savoir en gros que la lapidation est établie par le Coran, la Sunna du prophète, celle des quatre khalifes et le consensus des savants musulmans.


    1 Certains orientalistes ont vainement cherché à dénigrer la valeur historique du corpus des hadîth, mais Allah n’entend que préserver sa religion, comme le formule le Verset : [Certes, Nous avons descendu le Rappel, et il Nous incombe de le garder] [el hijr ; 9]
    2 Ce hadîth est rapporté par el Bukhârî (6815, 6825) et Muslim (4396). Cette histoire prouve que la lapidation ne s’applique pas uniquement sur les femmes, contrairement à ce que laissent entendre les détracteurs de la dernière religion révélée aux hommes.
    3 Rapporté par Muslim (4406).
    4 Rapporté par Muslim (4408).
    5 Rapporté par el Bukhârî (6827, 6828) et Muslim (4410).
    6 Voir : sharh sahîh Muslim d’e-Nawawî (11/189) et Fath el Bârî (15/602).
    7 Certains font la distinction entre la fornication qui concerne l’homme ou la femme célibataire et l’adultère qui concerne l’homme ou la femme marié.
    avatar
    Citizenkan
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 2673
    Merci : 11
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Lun 29 Fév - 1:26
    la plupart des textes que les dissidents à la Révélation utilisent en leur faveur se retournent contre eux.1 C’est normal, me direz-vous, car, comme nous l’avons souligné auparavant, les égarés de toutes confessions, s’appuient généralement sur des arguments ambigus au détriment des arguments formels, trahissant ainsi qu’ils sont plus animés par les passions que par la recherche de la vérité.2 Ce manque de bonne foi ou, pour le moins, ce manque de rigueur les fait sombrer dans les contradictions les plus aberrantes. Ainsi, ici vous donnez foi aux paroles du Prophète qui prévient que le v. 4 de la sourate les femmes est abrogé, alors que le hadîth sur le sujet est simplement rapporté par Muslim.3 En revanche, vous ne donnez pas foi à plusieurs hadîth que s’accordent à rapporter el Bukhârî et Muslim et qui ne font qu’enrichir une loi existante ; ce qui en soi est plus concevable que l’abrogation d’une loi… c’est sans commentaire !
     
    Pire, vous omettez de dire que l’issue offerte par Dieu aux femmes adultères ne porte pas uniquement sur l’abrogation du verset en question par le v. 2 de la sourate la lumière, et qui prescrit de châtier les adultères au fouet. Il s’agit également d’apporter une nouvelle loi disant qu’il faille lapider la femme adultère mariée. En cela, le v. 2 de la sourate la lumière, n’a pas pour vocation d’abroger un autre Verset. Il ne fait que spécifier que le fouet concerne la femme célibataire indépendamment de la femme mariée comme le souligne pertinemment ibn Hajar.4 Voilà ce que le hadith en question révèle. Selon ‘Ubâda ibn e-Sâmit, le Messager d’Allah a dit : « Prenez de moi, prenez de moi ! Allah leur a offert une issue. Pour l’homme vierge avec la femme vierge, il est prévu cent coups de fouet et l’expulsion d’un an, et pour l’homme marié avec la femme mariée, cent coups de fouet et la lapidation. » Est-ce un manque de bonne foi ! Je n’en suis pas sûre, car certains manuscrits de sahîh Muslim ne font pas mention du passage en gras…
     



    1 Voir : el Jawâb e-Sahîh li man baddala din el Masîh (1/104-105).
    2 Voir notamment : El Jawâb e-Sahîh li man baddala din el Masîh (2/710) et majmû’ el fatâwa (3/62-63).
    3 Voir : Muslim (4390, 4391, 3392).
    4 Voir : Fath el Bârî (15/606-607).
    avatar
    Citizenkan
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 2673
    Merci : 11
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Lun 29 Fév - 1:28
    Par ailleurs, le Prophète (r) ne se contenta pas de pratiquer, de tolérer, ou pour reprendre votre expression, de « laisser faire » la lapidation, mais il jeta les bases juridiques en matière criminelle. Selon un hadîth : « Le sang du musulman qui témoigne qu’il n’y a d’autre dieu en dehors d’Allah et que je suis le Messager d’Allah est sacré, sauf dans trois cas : l’homme marié adultère… »1 Mais, me direz-vous, il n’y est pas question de lapidation. Nous disons certes, s’il n’y avait pas une autre version mettant en lumière ses intentions : « … un homme qui fait l’adultère après s’être marié, il faut le lapider… »2 Cette version n’est pas rapportée par el Bukhârî et Muslim, mais l’un des plus grands spécialistes contemporains en hadîth l’a authentifié.3
     
    Voici un autre hadîth qui pourrait appuyer notre propos. Selon ibn ‘Abbâs (t) en effet, le Prophète (r) déclare : « Si vous voyez quelqu’un faire comme le peuple de Loth, tuez indépendamment celui qui fait l’acte et celui qui le subit. Si vous voyez quelqu’un s’accoupler avec une bête, tuez-les lui et la bête. »4



    1 Rapporté notamment par Abû Dâwûd (4342).
    2 Idem. (4343).
    3 Voir sahîh e-targhîb wa e-tarhîb de Sheïkh el Albânî (2389).
    4 Rapporté par Ahmed (1/300), Abû Dâwûd (3462), ibn Mâja (2561), e-Tirmidhî (1456) ; Sheïkh el Albânî l’a authentifié dans Irwâ el ghalîl (2350).
    avatar
    Abou Bilal
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 1599
    Merci : 22
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Lun 29 Fév - 22:40
    Pour ce qui est de l'intervention précédente, je ne lis pas les audios, ensuite, ici, c'est un peu maigre c


    omme argument, je résume :


     لا يقره العقل


    [size=15][size=16]لا يقبله منطق

    [/size][/size]

    ، هل معقول أن محمد بن عبد الله الرحمة المهداة يرمي الناس بالحجارة حتى الموت؟







    Citizenkan 


    Assalam alaykoum
    si tu as ecouté la video , t'aurais remarqué que les arguments des dissidents comme tu  les nomme ne sont pas maigre et associe etude de textes et principes fixes  de l'islam .
    STP ecoute la video de Cheikh islam ben Ahmed et son argumentation , puis on discute.
    sache que j'ai pas un avis fixe , decidé , je suis entrain de lire les arguments et des autres .
    avatar
    Abou Bilal
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 1599
    Merci : 22
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Lun 29 Fév - 22:49
    citizenkan a écrit:
     
    Ibn Hajar el ‘Asqalânî et e-Nawawî avant lui, pour ne citer qu’eux, relèvent que la lapidation est légitimée à l’unanimité des savants musulmans. Ainsi, votre position rejoint celle de certains kharijites et mu’tazilites (qui retrouvent à notre époque leurs heures de gloire par le biais des néo-rationalistes, à la grande joie des orientalistes !) qui ne reconnaissent pas son statut sous prétexte que le Coran n’en fait pas mention.6 Tiens, comme les jours se ressemblent ! Est-ce un hasard… Ainsi, la loi prévoit la lapidation pour l’homme ou la femme marié et la peine du fouet pour l’homme ou la femme célibataire.7 Je ne veux pas ici nourrir les débats entre les savants sur certains détails, mais il faut savoir en gros que la lapidation est établie par le Coran, la Sunna du prophète, celle des quatre khalifes et le consensus des savants musulmans.


    Je n'ai pas de position.
    Encore une fois ecoute la video , et les arguments apportés.
    Le principe en Islam est "apportez vos arguments" .
    Puis un autre point , ce n'est qu'un avis est le meme que celui que celui des kharijite ou mouatazilites , donc est obligatoirement faux.
    IbnTaymiya rejoins la jaafarite (chiite)dans certain de ses fatawa , en particulier sa celebre fatwa de divorce . Est ce pour cela qu'il faut rejeter certain avis de Ibn taymiya rahimaho Allah
    avatar
    Citizenkan
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 2673
    Merci : 11
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Mar 1 Mar - 0:01
    Abou Bilal a écrit:







    Citizenkan 


    Assalam alaykoum
    si tu as ecouté la video , t'aurais remarqué que les arguments des dissidents comme tu  les nomme ne sont pas maigre et associe etude de textes et principes fixes  de l'islam .
    STP ecoute la video de Cheikh islam ben Ahmed et son argumentation , puis on discute.
    sache que j'ai pas un avis fixe , decidé , je suis entrain de lire les arguments et des autres .


    Wa 'aleikom salem wa rahmat Allah !

    Ce serait avec une grande joie, mais malheusement, je suis débordé !

    Ensuite, il existe plusieurs sortes de dissidents, notamment ceux qui ont un gros bagages religieux, mais l'érudition est une chose et avoir raison en est une autre ; quand je parle d'arguments maigres, je parlais du texte écrit pas de l'audio, et ils sont maigres dans le sens où ils mettent en avant uniquement les impressions personnelles qu'il met au compte de la raison, ce qui est complètement aléatoire et subjectif, et surtout cela n'a rien de scientifique...

    Ensuite, certains que je pourrais appeler de surdoué argumentent à partir d'idées pré-çoncues, et du fait de leur intelligence et de leur culture, ils savent comment piocher dans les textes scripturaires...

    Alors, qu'une démarche objective réclame de fonder ses opinions à partir des textes, non argumenter pour justifier sa croyance...

    Il est très facile pour des néo-rationnels de conforter une vision occidentale du monde en reniant, par exemple, la lapidation par des moyens détournés, comme tend à le démontrer l'article, et venant d'érudits, il est certain qu'ils auront des arguments, voire des arguments relativement solides, mais cela ne change à rien à la réalité des choses et qui est qu'ils ont une approche démagogue et conciliante visant notamment à ne pas choquer l'opinion publique occidentale, mais cela n'a rien de scientifique, il n'y a pas de sentiment dans l'analyse scientifique, ce sont les arguments qui parlent et rien d'autre, et peu importe comment ils sont accueillis par les uns et les autres...

    Wa Allah el musta'en !

    Waffaqaka Allah li kulli kheir !
    avatar
    Citizenkan
    Très bon poster
    Très bon poster
    Points cumulés : 2673
    Merci : 11
    Masculin

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    le Mar 1 Mar - 18:50
    Abou Bilal a écrit:
    Je n'ai pas de position.
    Encore une fois ecoute la video , et les arguments apportés.
    Le principe en Islam est "apportez vos arguments" .
    Puis un autre point , ce n'est qu'un avis est le meme que celui que celui des kharijite ou mouatazilites , donc est obligatoirement faux.
    IbnTaymiya rejoins la jaafarite (chiite)dans certain de ses fatawa , en particulier sa celebre fatwa de divorce . Est ce pour cela qu'il faut rejeter certain avis de Ibn taymiya rahimaho Allah


    Je suis d'accord avec le principe que tu évoques ici, d'ailleurs j'en fais ma devise, jazaka Allah kheir !



    Nous avons pour usage pour les questions touchant à la religion aussi subtiles soient-elles, d’y adhérer pleinement, sans les confronter les unes aux autres ni de faire du parti pris en faveur d’une tendance quelconque. Nous nous contentons de donner raison à chacune d’entre elles pour les points où elles sont conformes à la vérité, et de leur donner tort quand elles se trompent. Nous ne faisons exception dans ce principe à aucune tendance ni aucune opinion. Nous espérons qu’Allah nous maintienne sur cette voie à la vie à la mort, et jusqu’au jour où nous reviendrons vers Lui.[url=#_ftn1][1][/url]
     
    Nous devons donner foi à tous les enseignements venant d’Allah, et accepter la vérité dans son ensemble, sans faire preuve de passion ni parler sans savoir ; notre approche est scientifique et objective, conformément au Coran et à la sunna. Quand on s’accroche qu’en partie à la vérité, on suscite la divergence et la désunion.[url=#_ftn2][2][/url]
     
    Allah (I) révèle : [Ne croyez-vous qu’à une partie du Livre au détriment du reste ; en agissant ainsi, quelle autre rétribution aura-t-on sinon de goûter à l’ignominie ici-bas et d’être jeté dans le pire des châtiments le Jour de la résurrection ; Allah n’est nullement inattentif à ce que vous faites].[url=#_ftn3][3][/url]
     
    [Ils oublièrent alors une partie du rappel, et Nous attisâmes entre eux la haine et l’animosité jusqu’au Jour de la résurrection].[url=#_ftn4][4][/url]
     
    En effet, les Gens du Livre ont pour usage de renier les bonnes opinions de leurs coreligionnaires comme l’a signalé ibn Taïmiya dans son livre : Iqtidâ e-sirât el mustaqîm.[url=#_ftn5][5][/url] Le Très-Haut révèle : (Les Juifs disent : les chrétiens ne tiennent sur rien, et les chrétiens disent : les Juifs ne tiennent sur rien, et pourtant tous lisent le Livre. Ainsi, les ignorants ont prétendu la même chose. Le Jour de la Résurrection,  Allah tranchera entre leurs divergences).[url=#_ftn6][6][/url]
     
    Nous devons prendre la vérité d’où qu’elle vienne
     
    Dans le hadîth rapporté par el Bukhârî, le Messager d’Allah (r) s’est adressé à Abû Huraïra en ces termes, en parlant de Satan : « Il t’a dit vrai, lui le grand menteur ! »
     
    ‘Abd Allah ibn Mas’ûd : « N’associe rien à Allah et tourne-toi toujours du côté du Coran. Accepte la vérité même d’un « étranger » pour qui tu as de l’aversion ; et refuse le faux même d’un proche pour qui tu as de l’affection. »[url=#_ftn7][7][/url]
     
    Abd e-Rahman ibn Mahdî jette les bases de l’investigation moderne : « les traditionalistes évoquent les choses qui sont en leur faveur, mais aussi celles qui sont en leur défaveur. Quant aux « gens des passions », ils évoquent uniquement les choses qui sont en leur faveur. »
     
    Ibn Taïmiya souligne que les adeptes des religions falsifiées et les égarés en général s’appuient généralement sur des arguments ambigus au détriment des arguments formels, trahissant ainsi qu’ils sont plus animés par les passions que par la recherche de la vérité.[url=#_ftn8][8][/url] Ce manque de bonne foi ou, pour le moins, ce manque de rigueur les fait sombrer dans les contradictions les plus aberrantes.
     
    Après s’être inspiré d’un passage d’el ‘aqîda e-nazhâmiya (p. 25) d’Abû el Ma’âlî el Juwaïnî, qui était un adepte du tafwîdh, ibn Taïmiya fait le commentaire suivant : « Les références auxquelles nous nous rapportons, parmi les adeptes du kalâm ou autres, ne nous rejoignent pas forcément dans tous les points que nous établissons dans ce domaine. Néanmoins, il faut recevoir la vérité d’où qu’elle vienne. Mu’âdh ibn Jabal disait cette fameuse parole : « Il faut accepter la vérité de n’importe qui, même d’un mécréant – ou bien a-t-il dit : même d’un pervers –. Et méfiez-vous des erreurs du sage.
    -          Comment peut-on savoir qu’un mécréant dit la vérité, lui demanda-t-on ?
    -          La vérité dégage une lumière, a-t-il répondu, ou bien a-t-il dit une parole de ce genre. »[url=#_ftn9][9][/url]  »[url=#_ftn10][10][/url]
     



    [url=#_ftnref1][1][/url] Ibn el Qaïyim dans el tarîq el hijrataïn (p. 393).
    [url=#_ftnref2][2][/url] Ibn Taïmiya dans Majmû’ el fatâwâ (4/450).
    [url=#_ftnref3][3][/url] La vache ; 85
    [url=#_ftnref4][4][/url] Le repas céleste ; 14
    [url=#_ftnref5][5][/url] Voir : Iqtidâ e-sirât el mustaqîm (1/91).
    [url=#_ftnref6][6][/url] La vache ; 113
    [url=#_ftnref7][7][/url] Sharh e-sunna d’el Baghawî (1/199).
    [url=#_ftnref8][8][/url] Voir notamment : El Jawâb e-Sahîh li man baddala din el Masîh (2/710) et majmû’ el fatâwa (3/62-63).
    [url=#_ftnref9][9][/url] Rapporté par Abû Dâwûd (5/17-18).
    [url=#_ftnref10][10][/url] Majmû’ el fatâwa (5/101-104).
    Contenu sponsorisé

    default Re: La débauche tue le corps, et dégrade l'âme

    Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum