Réponse à la lettre d'Abd El-Nour Bidar

Aller en bas

default Réponse à la lettre d'Abd El-Nour Bidar

Message par Invité le Mar 7 Avr - 18:32

As Salam 'alaykoum. Depuis quelques mois circule sur le net une lettre ouverte au monde musulman de 'Abd el-Nour.

Il y a beaucoup d'erreurs dans cette lettre. Il critique beaucoup sans proposer de solutions.
Abd El-Nour se présente-t-il comme un ennemi d'Allah ? Il ne semble pas être conscient que les musulmans croient en Allah, le Créateur des cieux et de la terre. Le seul Vrai Dieu, et ils mécroient en l'existence d'autres dieux.
Puis il parle de "maladies chroniques" chez les musulmans. Mais en vrai elles ne sont pas celles qu'il cite. En fait, c'est l'absence de retour vers Allah et Sa religion, ainsi que l'amour du bas monde, de l'argent et l'oubli de la mort de ce qui s'en suit.

Il dit : " Cher monde musulman… Je ne suis qu’un philosophe, et comme d’habitude certains diront que le philosophe est un hérétique. Je ne cherche pourtant qu’à faire resplendir à nouveau la lumière – c’est le nom que tu m’as donné qui me le commande, Abdennour, « Serviteur de la Lumière ». " (!!)

C'est son père (un marocain tablighi) qui lui a choisi son prénom. La transcription de son prénom de l'arabe au français est 'Abd El-Nour, et non pas "Abdennour". Al Nour étant un des Noms d'Allah signifiant La Lumière (voir sourate An Nour dans le Coran).
Allah nous ordonne d'éclairer les gens (faire resplendir la lumière), mais la lumière n'est autre que le savoir présent dans le Coran et la Sounnah. La philosophie n'est que ténèbres. En vrai, comme a dit l'imam ibnou Taymiya (dans Majmou' al fatawa) : "Il n'y a pas dans l'islam de philosophie (falasifa et non pas hikma, mot traduit par sagesse)."

Pour ce qui est du soufisme, l'imam ibnou Taymiya (mort en 728 après l'hégire) a dit (dans Majmou' al fatawa et ces paroles sont aussi présentes et traduites en français dans le livre "La distinction entre les alliés du Miséricordieux et les alliés du Diable" disponible sur le net) :

"Le terme « Soufisme » est un terme qui n’était pas connu des trois meilleures générations, il est apparu dans les paroles (des gens) après cette période. Il a été utilisé dans les discours par plus d’un des imâms, comme l’imâm Ahmad Ibn Hanbal, Abî Souleimân ad-Dârânî et d’autres qu’eux.
Les pieux prédécesseurs appelaient les gens de religion et de science « les lecteurs », et ils entraient dans cette nomination les savants et les ascètes (les sahabas en premier d'eux). Ensuite est venu un nouveau terme après celui-ci qui était « le soufisme et les pauvres ». Le mot « soufi » se réfère à ceux qui portaient des vêtements de laine (souf), ceci en est le sens exact (authentique)..."

Sahl Ibn Abdullâh at-Tastarî a dit : « Toutes choses présentes qui n’a pas comme témoin le Livre d’Allâh et la Sounnah est caduque. »
Abou Souleimân Ad-Dârânî a dit : « Quand une des intuitions des mystiques se présente à moi, je ne l’accepte qu’accompagnée de deux témoins intègres : le Livre (d’Allâh) et la Sounnah. »
Al-Djouneid Ibn Mohammed a dit : « Notre science que voici est liée au Livre et à la Sounnah. Celui qui n’a pas retenu le Qor’ân, n’a pas écrit de hadîth, et n’a pas pénétré le sens (des sciences religieuses) ne peut pas servir, en ses paroles, de modèle en notre science. »

Lire aussi ici :
Sur Al Qaida et leurs semblables (faux jihad) : http://www.terre-islam.com/t814-qui-sont-les-khawarij#6948
Sur le soit disant "Wahhabisme" : http://www.terre-islam.com/t912-islam-ou-wahhabisme#7290
Sur la démocratie et les musulmans : http://www.terre-islam.com/t597-la-democratie-mais-qu-es-que-la-democratie#4955

Dans sa lettre, 'Abd El-Nour cite la Parole d'Allah : (لا إكراه في الدين), son sens : { Nulle contrainte en religion } [Al-Baqarah : 2, 256].

Ce verset ne signifie pas que chacun est libre de faire ce qu’il veut et de laisser ce qu’il ne veut pas et que personne n’est obligé de faire le bien qu’il ne fait pas ou d’éviter le mal qu’il fait. Le verset signifie plutôt – et Allah connaît mieux la vérité – comme l’a dit l'imam Ibnou Kathir : "Ne forcez personne à entrer dans l’Islam".

Il faut savoir que la première source d'explication et d'interprétation du Coran c'est le Coran lui-même, ensuite la Sounnah, ensuite les paroles des Compagnons, puis celles de leurs disciples (et jamais la philosophie).
Allah a dit : (أفأنت تكره الناس حتى يكونوا مؤمنين), traduction du sens : { Est-ce à toi de contraindre les gens à devenir croyants ? } [Younous : 10, 99]. L'imam Ibnou Baz a dit que ce verset et celui que cite 'Abd El-Nour ont le même sens. Wa al HamdouliLlah.

L'imam ibnou Taymiya a dit (dans Al Djawab as-sahih) en évoquant le khalifat de 'Omar ibn Al Khattab (dans l'actuelle "Syrie") que beaucoup de gens sont entrés dans l'islam. Que le commun des paysans et autres qu'eux étaient en général des chrétiens. Et qu'il n'y avait pas parmi les musulmans ceux qui travaillent l'agriculture. Ensuite la plus part des gens là bas (le Cham) sont devenus musulmans de leur bon gré, et non pas par contrainte, "car contraindre les gens de la Dhima à l'islam n'est pas permis, comme Allah a dit (selon le sens) : { Pas de contrainte en religion, car le bon chemin s'est distingué de l'égarement. Donc, quiconque mécroit au Taghout (Satan) tandis qu'il croit en Allah saisit l'anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient. } [Al Baqarah: 256]." Fin de citation.

Aussi, le noble calife 'Omar ibn Al Khattab avait un homme chrétien nommé Asbaque qui travailler pour lui. Il lui expliqué l'islam et l'invité à l'islam, mais il a refusé de se convertir. 'Omar a alors dit "Point de contrainte en religion (ou pour la religion)". C'est donc cela la bonne compréhension du verset. Remarquons bien le grand contraste entre la méthode de 'Omar et celle des khawarijs, eux qui salissent l'image de l'islam partout dans le monde. Il n'a pas sorti son arme pour qu'il se convertisse, et il ne l'a pas tué pour avoir refusé.

L'imam Al Qourtoubi a évoqué dans son tafsir, selon l'imam Zayd ibn Aslam, selon son père (l'associé de 'Omar ibn Al Khattab) que 'Omar a invité à l'islam une vieille femme chrétienne et elle a refusé en disant: "Je suis une grande vieillarde, et la mort est proche de moi !"

'Omar a alors dit: "O Seigneur soit Témoin" puis il a récité le verset {Pas de contrainte pour la religion}. Il ne lui a pas mis le flingue sur la tête pour qu'elle se convertisse, et il ne l'a pas tué pour avoir refusé.


Dernière édition par 'Abd asSalam le Mer 1 Juil - 19:09, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

default Re: Réponse à la lettre d'Abd El-Nour Bidar

Message par Invité le Mer 27 Mai - 16:32

Abd El Rahman ibnou Yahya Al Mou'alymy était savant salafi yéménite. Il est mort (رحمه الله) il y a cinquante ans, et a laissé beaucoup d'écrits bénéfiques. Voici en résumé ce qu'il a dit sur la signification de la parole du Très Haut (TRSV) : { Nulle contrainte pour la religion } [Al-Baqarah : 2, 256].

Il a dit que le verset signifie : il n'est pas possible de faire entrer dans la religion par contrainte.
Et aussi : il n'y a pas dans la religion de contrainte qui soit injustice.
Et aussi : le mot religion (Dine) est général, englobant la foi, l'islam et la bienfaisance comme dans le hadith de Jibril.
Et aussi : les œuvres religieuses sont conditionnées par l'intention, et l'intention ne peut pas s'obtenir par contrainte. Et aussi : l'objectif du jihad n'est pas de contraindre à la religion, et l'entrée des gens dans la religion ne s'obtient pas par le jihad.
(Majmou' rasa-il al tafsir, p. 180 – 186)

Le verset d'avant celui cité est le plus immense verset du Coran : Ayat al kourssy.

Le Tout-Miséricordieux a dit (selon le sens rapproché) : { Allah, point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui qui subsiste par lui-même 'Al-Qayyum'. Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. A lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission ? Il connaît leur passé et leur futur. Et, de Sa science, ils (ce qui est dans les cieux et sur la terre) n'embrassent que ce qu'Il veut. Son 'Kursiy' (le Repose Pied de Son Trône) déborde les cieux et la terre, dont la garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, l'Immense. } Al-Baqarah, verset 255.

Le savant et imam 'Abde Rahman ibn Nasser AsSa'dy (1307 - 1376 après la Hijra) a dit dans son livre "Tayssir Al Lattif Al Manane" :

« Le Prophète a informé que ce verset est le plus grandiose des versets du Coran sans comparaison, et qu'il préserve celui qui le lit des diables et de tous les maux; pour ce qu'il renferme comme significations de l'unicité et de l'immensité, ainsi que l'envergure des parfaits attributs d'Allah, élevé soit-Il.

Il a donc informé qu'Il est Allah, Celui qui a l'ensemble des sens de la divinité, et que personne d'autre ne mérite la divinité. Donc la divinité d'autre(s) ainsi que l'adoration d'autre(s) est catégoriquement fausse et nuisible dans l'instant et dans l'avenir. Son adoration seule, sans associé à Lui, est la vérité, celle qui mène vers toute la plénitude. Il est Le Vivant pleine vie, et de Sa pleine vie, Il est L'Audient, Le Voyant, L'Omnipotent, Celui dont le savoir cerne toute chose, Le Parfait dans tous les aspects.
»
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum